le forum de les gens


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La gentillesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steph
valet qui se fait maître
avatar

Nombre de messages : 612
Age : 32
Localisation : sômewhèèère... ôveur ze rinebow
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: La gentillesse   Jeu 2 Mai 2013 - 23:17

Oyez oyez ! Voici un nouveau débat !

Je n'ai toujours pas lu Petit traité des grandes vertus de Comte-Sponville, que j'aime pourtant tant, donc je ne sais pas s'il en parle (Lady ?).

Hier, une discussion autour de la nouvelle conquête d'une connaissance m'a fait me questionner. Ce mec a l'air gentil, ce qui pour moi est un bon début. Or la nana en question, qui fréquente cet homme en apparence gentil, nous a répondu que ça l'embêtait que tout le monde lui dise que son mec avait l'air gentil.
Je pense que vous avez déjà dû vivre ces conversations où finalement, la gentillesse semble être ringarde, comme si on disait "ouais, il s'habille comme dans les années 80 mais sans le fun".
De plus, elle préfère apparemment sortir avec des brise-minous plutôt qu'avec des mecs/filles sympas (je sais que l'enfer est pavé de bonne intention et que derrière gentillesse peut se cacher manipulation parfois ou névrose.... mais bon, on va partir du principe que gentillesse = prévenance, bienveillance, respect). D'ailleurs, est-ce que j'ai la bonne définition ?

Bref. Pour moi, la gentillesse est très importante. C'est un des plus grand compliment que je puisse faire. Et franchement pour avoir testé les douces et les brutes, je ne comprends plus trop l'attirance pour les brutes.
Comme si être gentil dans un couple c’était être ennuyeux, soumis, chiant, mou.
On ne choisit pas ces attirances de toute façon mai pourquoi dénigrer la gentillesse ?

Quand je prends ma voiture, possiblement des connards me klaxonnent parce que je ne m'engage pas assez vite dans le rond-point (grave erreur, l'ami, je vais rouler encore plus lentement pour aggraver ton hypertension et abimer ainsi tes vaisseaux sanguins, mouhahaha ! T'avais qu'à savoir faire tes lacets plus vite ce matin)
Je n'ai pas envie qu'on soit agressif avec moi ou irrespectueux et venant de quelqu'un qui est en plus censé au minimum m'apprécier.

J'aime la douceur, qu'elle soit physique ou psychologique. J'aime les gens qui parlent doucement. J'aime dans Zazie dans le métro que Marcelline fasse absolument tout doucement. J'aime les auteurs qui regardent tendrement leurs personnages.

Est-ce que la gentillesse est un trait de caractère, liée au tempérament ou est-ce qu'on peut la cultiver comme une vertu ? Pourquoi ne peut-on plus la mettre en avant comme une qualité comme les autres ? Est-ce le poison du couple (si la fellation en est le ciment pour le magazine Elle***) ?

Dans un reportage récent sur les Bronies, il rappelait bien que justement vanter la gentillesse était devenu rare.

Si j'ai l'air d'une préchi-précha à la Jack Parker, please, dites-le moi, mais gentiment ... Smile



*** Quiche d'or de l'année dernière si je ne me trompe pas.

_________________
D'façon je vais en Suède en jacuzzi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Balthazar
Hippie en cavale
avatar

Nombre de messages : 106
Localisation : Je veux, c'est du Jacques Vabre.
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: La gentillesse   Ven 3 Mai 2013 - 2:42

Je me suis rendue compte il y a quelques années que la gentillesse était hyper mal vue - cf. Pierre qui n'aime pas dire du mal de Mme Musquin ; "je n'aime pas dire du mal des gens mais effectivement, elle est gentille".
Dire de quelqu'un qu'il est gentil, c'est dire qu'il est un peu long à la détente, qu'il n'est pas très malin, qu'il est un peu mou, qu'il manque de caractère, qu'il est un sans-avis, etc. etc. etc.
Et ça, on n'aime pas. Pas du tout.

Il y a ces gens, et ça rejoint ce que disait ta connaissance, qui n'aiment pas sortir avec des 'gens gentils'. Pour les raisons citées au-dessus, parce qu'ils sont considérés comme des êtres monotones, qui ne mettront pas de piment dans la vie, des gens qui diront ou à tout ce qu'elles demanderont (sans comprendre que dans un couple, il y a deux personnes et que la monotonie ne vient pas forcément du conjoint/de la conjointe).
Pour les hommes, c'est pire : être gentil équivaut quasiment à être castré. Pas nécessairement tous les hommes, hein. Mais pas mal.
Et les gens n'aiment pas non plus qu'on leur dise qu'ils sont gentils. C'est synonyme de faiblesse et dans un monde de battants, ça ne va pas du tout.
La gentillesse est dévaluée. Les gens ne savent tout simplement pas ce que c'est que quelqu'un de gentil (et ils seront les premiers à se plaindre que les gens sont pas gentils, bouh).

Je suis "contre" la gentillesse quand elle signifie se laisser faire, dire oui à tout, chercher à plaire à tout le monde (que je nuance du "faire plaisir"), quand elle devient synonyme de lâcheté (je me permets de l'écrire car j'ai vu quelques cas comme celui-là, assez rares tout de même et c'est rageant, ces gens prêts à mettre leurs valeurs et leurs idées au placard pour X raisons). Être gentil ne veut pas forcément dire qu'on dira oui à tout, qu'on sera d'accord avec tout le monde, être gentil ne veut pas forcément dire que l'on est dupe.
Ou je ne sais quoi d'autres. Mais voilà, pas mal de gens ne pensent pas comme ça.

La vraie gentillesse (pas celle qui se cache sous les sourires factices ou les accolades à deux balles) est quelque chose de bon. De bon parce que quand on ne va pas bien, c'est toujours agréable de s'entendre dire un petit mot de gentillesse. C'est toujours agréable de s'entendre dire un mot d'encouragement ou de se sentir soutenu. C'est quelque chose de désarmant : bien pour ça qu'il y a encore quelques années (à l'époque du collège/lycée, à peu près), je ne voulais pas fréquenter les gens que je considérais trop gentils. Pas parce qu'ils étaient gentils mais parce que je ne savais pas comment leur rendre leur gentillesse.
Du coup, les plus faibles n'étaient pas forcément ceux que l'on croit.

Et parfois, je suis effarée quand je lis les gens évoquer la gentillesse. Ex.: "ah oui, c'est un gentil mais en même temps il est ferme, c'est donc un faux gentil".
Déjà là, j'ai la mâchoire qui me tombe sur les genoux.
Ou cette autre qui parlait des SDF et qui était ravie de voir qu'elle était devenue moins gentille parce qu'elle passait devant eux avec indifférence. Et c'est comme ça qu'elle avançait (dans la rue ou dans la vie, je n'ai pas compris). Voilà encore un exemple que je trouve flippant.
Bien sûr qu'on ne peut pas aider tout le monde. Bien sûr que, comme aurait dit L.F. Céline, si on se mettait à aimer tous les gens gentils, la vie serait invivable.

De mon point de vue, être gentil signifie être attentionné, être à l'écoute, savoir faire plaisir de temps en temps (et ça ne veut pas forcément dire offrir un cadeau). Comprendre même, parfois, pas parce qu'on peut se mettre à la place des autres (j'ai toujours trouvé ça un brin narcissique) mais juste parce que.
C'est un mythe qui dure de dire que certaines filles préfèrent des mecs qui les soûleront à longueur de journée plutôt que le gentil garçon attentionné. Mais c'est aussi une réalité. Ces filles-là veulent toutes le même type : celui qui a des couilles - pour le dire vulgairement - mais toujours avec la petite faille cachée bien au-dedans de lui-même personnellement (ça leur donne une raison de croire qu'elles sont importantes - leur seule manière de dominer peut-être, c'est pour ça qu'il ne faut surtout pas que le mec se mette à chialer sinon c'est une lavette). Je vulgarise à peine. Il parait qu'en étant le "type salaud", les hommes sont plus masculins, plus virils et donc plus aptes à la sexualité ou à la tension sexuelle. Un gentil, en général, aura tendance à réagir plutôt que d'agir : la majorité des femmes affirmant préférer le type dominant, ceci explique un peu cela.
Peut-être que certaines filles n'ont pas compris que l'on pouvait être gentil ET avoir des limites, que l'on peut être tendre ET fort... et si elles parlent de monotonie, c'est qu'elles sont connes. Ou qu'elles n'ont pas compris toutes les petites nuances de la vie.

Mais il y aurait encore plein de choses à dire, je parie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lady fuchsia
respect my authority !
avatar

Nombre de messages : 1496
Age : 33
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: La gentillesse   Ven 3 Mai 2013 - 18:35

En fait, la gentillesse, c'est comme la politesse : c'est gratuit, ça sert à rien, mais ça rend la vie et les relations avec autrui vachement plus agréables - des deux côtés, parce que c'est aussi agréable de donner de sa gentillesse que d'en recevoir.

Parce que oui, quand on ne peut s'empêcher de dire "oui" à tout, ou de faire tout ce qu'on nous demande, c'est moins de la gentillesse que de la soumission. Je ne dirai pas de lâcheté vu le précédent débat sur le courage (qu'on n'a toujours pas fini, la faute à Anne Hathaway) , et aussi parce que, parfois, c'est plus courageux de fermer sa gueule que de l'ouvrir ( voir le côté toujours perçu du courage flamboyant de la bataille, qui a totalement supplanté le courage minutieux et endurant, qui existe aussi mais fait moins cool - perso j'admire plus les marathoniens que les coureurs du 100 m, même si je ne les suivrai ni les uns ni les autres, ça fatigue) et que j'assimile plus à la politesse, lors de moments sociaux X ou Y, voir de flemme pure, tant que ça ne dépasse pas le cadre de la conversation et de l'interraction sociale. (Ajoutons aussi les cas de gens timides ou peu surs d'eux qui n'osent pas défendre leur opinion en société parce qu'ils ne peuvent tout simplement pas, mais apparemment ce n'est pas de ce genre de personne dont parlais Opal.)

Ou aider une personne qui en a réellement besoin urgemment, c'est juste être serviable (ou normal, ça dépend de l'importance ou de l'urgence de la chose. Genre aller sauver quelqu'un qui se noie, c'est pas gentil, c'est normal.)

J'ai longtemps été une fille qui voulait plaire à tout le monde. Enfin, j'ai cru l'être. Tant que je me retrouvait face à des gens qui ne me demandaient rien, ça allait, et j'étais contente que plein de gens m'aiment bien, comme ça, de loin, en surface. Mais je suis tombée quelques fois sur des gens qui trouvaient tout à fait naturel de me dicter ma conduite, mes façons de penser, mon comportement, que je sois à leurs ordres et heu... ça avait mal commencé pour moi, mais ça s'est mal terminé pour eux Laughing Je pense être quelqu'un de très complaisant, mais faut pas déconner.

La complaisance aussi a mauvaise presse. Alors qu'être complaisant ne signifie pas être totalement dénué de jugement moral. Ce n'est pas non plus une mollesse. Ca veut juste dire qu'on se complaît dans la fréquentation d'une personne. Les seules complaisances ignobles sont celles pour le mal ou pour soi-même. L'absence de complaisance envers nos proches condamnent ceux-ci à être parfaits et infaillibles pour éviter notre jugement, ou pire, notre indulgence. Je n'aime pas l'indulgence entre amis. Ca fait très... infantilisant. Genre : "tu mérites une punition, ou du moins que je te souhaite une crasse, ou que je te sorte "je t'avais prévenu!" quand ça tournera mal, mais je serai indulgent." Je préfère la complaisance. "Quoi ? Tu as pris Cunégonde en photo pendant votre partouze avec un nain islandais, trois chèvres et le squelette d'un moine du XIIIème siècle alors qu'elle n'était même pas maquillée ? Bah, spa bien grave."

En fait, je pense qu'on reconnait la gentillesse quand on pourrait aisément s'en passer, mais qu'on choisit de la donner ou de la recevoir. Pour reprendre l'exemple de la gourdasse qu'Opal nous a trouvée, on est gentil quand on choisit de donner une pièce à un SDF, pas quand on se sent si coupable qu'on préfère donner pour ne plus y penser - quoique je préfère encore les malades de culpabilité aux abruties fières d'être méprisantes. C'est pour ça que je pense qu'on peut la cultiver comme une vertu. Il y a des traits de caractère qui facilitent la gentillesse, mais je pense que c'est accessible à tout le monde.

Je ne me souviens plus si Comte-Sponville a mis la gentillesse dans la liste des vertus, mais il y a la douceur. Je m'en vais relire l'entrée et reviens en parler. study

_________________
Life is a cake.

The cake is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bigfaichefuchsia.spaces.live.com/
Fred
Power ranger bleu
avatar

Nombre de messages : 507
Age : 30
Localisation : Au fond a droite.
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: La gentillesse   Ven 10 Mai 2013 - 2:40

J'aurais aimé apporter ma pierre à l'édifice,  mais je ne trouve pas les ressources que je cherche...
en dehors de celle-ci (http://web16.twitpic.com/ci43ob), j'en cherchais une qui me confirmerait le propos que je vais tenir : il semblerait que la gentillesse puisse être favorisée dans la nature par l'évolution. La logique invoquée par l'étude au travers de l'exemple de primates proches de nous était la suivante : au sein d'une communauté, un individu qui aide ses pairs a + de chances d'être aidé en cas de besoin. Je vous laisse vous même déduire la suite logique sur la durée de vie, les chances de progénitures etc etc.

Mais dans cette optique, on parle de gentillesse, pas de gentillesse.

Car OUI ! il faut faire la distinction entre gentillesse et gentillesse. Parfois, tout est dans l'intonation, mais pour moi c'est plutôt dans le froncement de nez. Celui qui est gentil, il est adorable et j'ai envie de vivre avec. Mais celui qui est gentil(froncement de nez), c'est celui qui est un peu bébète, mais pas assez pour qu'on dise qu'il est con, et en plus on lui dit pas ça en face. (On dirait dans le nord qu'il est un peu boubourse, non ?)

En tout cas, je trouve que les gens qui préfèrent les bad boys sont gentils avec moi : ça me fait moins de concurrence pour trouver les gentils gens. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lady fuchsia
respect my authority !
avatar

Nombre de messages : 1496
Age : 33
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: La gentillesse   Dim 23 Nov 2014 - 14:26

Je remonte ce topic suite au lien partagé par Stéph que je repartage : la gentillesse (Tiens, vous imaginez si les liens qu'on partage était réelement partagés ? genre en deux, en trois, en dix mille ? les informations les plus complètes et les plus précieuses deviendraient celles dont on parle le moins. Intéressant, faudrait que j'y songe.)

Anybref, une chose m'y avait interpellée, c'est le fait que la gentillesse soit perçu comme stupidité, non pas comme le reflet d'une naïveté, mais comme une mise en danger volontaire et inutile. Déjà qu'on a ses propres emmerdes, il faudrait en plus se sentir concernés - et pire, intervenir - par celles de autres ? C'est un coup à périr noyé.

Et c'est là que je me dis qu'il y a quand même une sacrée différence entre le fait d'être gentil, celui d'être compassionnel, et celui d'être serviable. Les gens serviables ne sont pas forcément gentils. Les services intéressés sont autrement plus courants que la gentillesse intéressée - même si cette dernière se manifeste souvent par des services. Et la personne serviable-mais-pas-gentille répond beaucoup plus au schéma de la gentillesse narcissique, avec en prime un sentiment de domination : toujours se méfier des gens qui aiment se rendre indispensables, et pire, le font savoir.

C'est une chose que j'ai souvent pu remarquer, et m'a souvent étonnée. Un comportement pas si rare : des gens à qui on demande un service, et qui nous font bien comprendre à quel point ça les fait chier, à quel point ça va leur coûter, voire même expliquent longuement qu'ils ne peuvent pas, avant de dire oui.  confused Là, l'intérêt de la personne serviable n'est pas de rendre le service, mais que l'autre s'en sente redevable ( et elle fait en sorte que ça ne rate pas.)

Revenons à la gentillesse narcissique. Ma réflexion précédente pourrait faire penser que je la critique. Et certes, oui, un peu. Disons que je la respecte moins que la gentillesse esthétique. Je m'explique : la gentillesse narcissique fait dire au gentil "Ho je suis tellement généreux et génial, je m'aime !" La gentillesse esthétique fait dire : "Ha, des gens souriants et détendus autour de moi, voyant leur fardeau allégé, y'a pas à dire, je préfère." Cette dernière est pour moi la "meilleure" gentillesse, moins une façon de se voir soi, de voir les autres, que de voir le monde. C'est à mon sens la définition la plus proche de la "charité" avant que les conventions sociales ne s'en emparent. Même si finalement, le résultat égoïste est le même, dans la même satisfaction, répondant à un besoin propre selon les personnalités et les névroses.

Mais je ne conspuerais point la gentillesse narcissique. Ni aucune forme de gentillesse. J'en viens souvent à penser que c'est le résultat qui compte. Je ne connaissais pas le philosophe Hutcheson cité dans l'article, mais je me retrouve dans cette citation que je rereprends : "Si c’est de l’amour de soi, qu’il en soit ainsi […]. Rien n’est mieux que cet amour de soi, rien n’est plus généreux."

Et je relis Opal et sa définition de la gentillesse qui peut être parfois un simple mot, et je me dis qu'il y a une façon bien simple de distinguer la "bonne" gentillesse de la "mauvaise" gentillesse excessive, ou faiblesse, ou envie de plaire à tous. La "mauvaise" gentillesse est figée, stagnante, revient constamment à son point de départ. Qui veut plaire à tous n'y parvient jamais ; qui dit "oui" à tout n'a aucune action réelle, aucun impact. Mais celui qui encourage la personne qui doute lui permet d'accomplir son action; celui qui console la personne qui souffre la remet dans sa vie ; celui qui complimente la personne qui se déteste lui permet de s'aimer. Enfin, c'est pas magique, ça ne marche pas à chaque fois et pas autant qu'on voudrait. Mais ce n'est jamais stérile (sauf chez les personnes méchantes, à bien y penser, et c'est assez logique, puisqu'elles vivent en cercle fermé. Tiens, j'avais ouvert il y a une décade un topic sur la méchanceté sur un autre fofo, faudrait que je le retrouve.)

_________________
Life is a cake.

The cake is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bigfaichefuchsia.spaces.live.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La gentillesse   

Revenir en haut Aller en bas
 
La gentillesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Osons la gentillesse
» Fluttershy, la gentillesse même.
» ma gentillesse me perdra :(
» Poème "la gentillesse" de la part de Josiane
» Journée de la gentillesse ......!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le forum de les gens :: débats-
Sauter vers: